Best Of Verviers, "Coup de Coeur", le 22 mars 2012, par A. Moxhet

 

   Samedi Coup de cœur d’Albert Moxhet

L’une, Chantal Pirson, est une peintre familière de la Galerie Azur, à Spa, L’autre, Catherine Millet, nous vient du Nord de la France et, dans sa première exposition spadoise, donne à voir d’étonnantes sculptures.

 

 

Avoir de la personnalité, c’est rester soi-même tout en évoluant. Chantal Pirson en fait la démonstration dans les peintures qu’elle propose dans cette exposition. Qui connaît tant soit peu son œuvre se souvient de variations – parfois combinées – de silhouettes humaines, d’attrait pour la musique, de  recherches sur le rythme et les graphies, le tout s’exprimant avec une palette où dominent les rouges, les bruns, les ocres, les jaunes chauds. On retrouve cette fois certains de ces thèmes, exploités de plus en plus dans le sens d’une figuration allusive conduisant vers une abstraction qui ose même des aplats clairs. Mais on note aussi un très beau travail sur la matière, qui prend véritablement un relief significatif dans des plages mouvementées. Restant fidèle à des tendances profondes, l’artiste explore ainsi des domaines qui élargissent son champ d’expression et lui permettent d’expérimenter d’autres approches.

 

 

 

 


Peintre également, Catherine Millet est venue à la sculpture en donnant une dimension nouvelle à un univers pictural qu’elle n’a pas abandonné, mais qui n’est pas exposé en cette occurrence. Le travail « technique » de cette artiste ne manque pas d’originalité. Les volumes les plus importants sont réalisés en papier mâché, puis recouverts d’un enduit qui leur donne une véritable structure métallique. Les personnages sont de délicates constructions de papier tendu sur fil de fer, puis enduites d’un bronze liquide, certaines parties restant alors oxydées en fonction d’un effet recherché. Les œuvres exposées à la Galerie Azur s’organisent autour d’un même thème, « l’homme y étant perçu comme un explorateur d’un monde où il recherche un équilibre. » Le globe de notre planète est donc constamment présent dans ces sculptures où la sensibilité de Catherine Millet se teinte d’un humour discret qui permet à l’homme assis sur le rebord du monde d’envisager les choix de l’existence, de se poser les grandes questions, de se demander après quoi on court.



[Chantal Pirson et Catherine Millet, Galerie Azur, avenue Reine Astrid, 48, 4900 Spa, jusqu’au 29 avril, me-sa : 11-18h, di : 11-13h et 15-18h. Tél. : 087/77 11 88, www.galerieazur.be , galerieazur@skynet.be

 

 

PDF