VAM

 

VAM travaille sur la réalité de l'identité féminine et met l’accent sur les distorsions entre libération et archaïsme, les contradictions entre l’émancipation apparente de la femme dans nos sociétés, et le poids des stéréotypes dans lesquels elle reste enfermée.


VAM explore ce décalage, mêlant des matières brutes comme l'étain et la toile métallique avec des matériaux plus fragiles, fil de soie ou photo sur papier calque.


Le principe de couture / suture revient à travers des techniques variées, détournant les codes de l’ornementation au profit d’évocations «joliment» subversives. La broderie, activité typiquement féminine, est ici utilisée autant pour dénoncer l’enfermement, la mutilation ou les blessures, que pour traduire la réparation ou la résistance.


Le travail sémantique autour des adjectifs féminins participe à la mise en scène : les lieux communs et clichés sexistes sont pointés mais la sensualité et le désir sont également clairement revendiqués.
Multipliant les supports et les techniques, VAM démonte les mythes de « la vierge et la putain » pour composer un univers tout aussi délicat que dérangeant et révéler l'étrange alchimie d'un sexe à la fois vénéré et bafoué, honoré et humilié.
Si elle semble parfois emprunter aux images consensuelles du charme féminin qui nous sont perpétuellement imposées, c’est pour mieux en jouer, intégrant des formes suggestives, des failles, des ouvertures ou des mots aux interprétations équivoques.


Une esthétique essentiellement en noir et blanc, ponctuée de rouge dont la puissance symbolique laisse rarement indifférent. Couleur de la passion et de l’interdit, c’est aussi la couleur du sang, le sang des femmes, le sang de la révolution… Dans les tableaux et sculptures de VAM, matrices, sexes et girons sortent de leur soumission et proposent un regard libre et complice sur la féminité


Photos