CORNELY Marie-Rose

 

En parallèle, le monde de la troisième dimension la passionne, c’est pourquoi Marie-Rose fouille aussi le monde de la sculpture. Elle se sent très vite à l’aise avec la terre et la technique du fil de fer. C’est au travers de la photographie de ballets de Maurice Béjart qu’elle puise son inspiration. Elle va à la rencontre de ses futurs personnages…Ces personnages qu’elle met en scène.

Ils se présentent étirés, en mouvement, dotés d’une verticalité exagérée ; ou à l’opposé ils sont imposants, massifs, lourdauds,  voire patauds. Démons, moines, passants, danseurs, amoureux… Tous se caractérisent par des petites têtes et de grands pieds.

De plus, la terre la guide vers une inspiration liée aux anges, représentés de façon dépouillée où l’art de la disproportion s’harmonise avec la poésie de ces personnages désincarnés… De très long corps aux petites ailes, à la tête volontairement rétrécie.

 

Marie-Rose présente un ensemble de sculptures patinées à l’ancienne par des glacis successifs.

L’ensemble dégage une émotion de cohérence, de dynamisme et de mouvement.


Photos